031

 

Vanakam à vous tous!

Les derniers jours à Pondichery

Dimanche dernier, nous sommes allés acheter le sari de mariage pour Agnès qui aura lieu le 18 août. Départ annoncé à 9h00. Je reste donc sagement à attendre. A 10h30, je redemande si le départ est toujours d’actualité, une de leur sœur ayant fait la surprise d’arriver de France. Réponse : « Oui, oui, on va bientôt partir ». Très bien, j’attends… A 11H30, Teresa m’appelle pour partir. En fait, deux filles ne sont pas encore prêtes. Je demande alors à Teresa en rigolant de m’appeler lorsque ce sera le vrai départ !! Finalement, nous partirons vers midi !! Cette petite anecdote reflète vraiment le rythme indien et son rapport au temps…

J’ai sinon accompagné les petits chez le coiffeur… enfin je pense que c’était un coiffeur. Je voulais en profiter pour me faire faire une coupe, j’y renonce en apercevant la tête de Vanisha vue de dos (cf photo !). Une chose de sûr, elles auront moins chaud, si tel était le but !

J’ai aussi emmené 6 grandes à la mer. Comme il n’y a pas de garçons, les filles osent un truc de DINGUE : elles se mettent en short et en débardeur pour se baigner !!! Evidemment, j’ai ordre de ne montrer les photos à personne, surtout pas aux plus âgées qui les engueuleraient ! Je pense à celles qui partent poursuivre leurs études en France, et me dis que le choc culturel doit être assez violent quand même. Du coup, pour qu’elles l’aient moins, je leur ai parlé de nos camps de nudistes !!

Et puis vendredi dernier, nous étions à nouveau inviter à un mariage. Comme d’habitude, vite plié : on arrive, on va manger, les enfants posent pour la photo et donner le cadeau et on repart, non sans m’avoir fait prendre une centaine de photos d’eux ! Là, c’était la grande classe, des centaines d’invités dans un cadre superbe. Les jeunes étaient émerveillés des lustres. Je ne me suis pas mise en sari finalement… désolée !

Je suis également retournée voir les petits de Mère Teresa et dire au revoir à Sœur Jonathan : elle m’apprend malheureusement le décès d’un des enfants. Elle m’offre des petites médailles. Il est sûr que je ne pourrai jamais oublier tous ces moments passés ici.

Enfin, pour mon dernier jour à Pondichery, j’étais invitée à déjeuner chez une des sœurs puis l’après-midi, nous sommes allés une ultime fois à notre plage préférée : Orly Beach !

Je suis vraiment heureuse de ce séjour pour plusieurs raisons en dehors du bonheur d’avoir été avec les enfants bien entendu.

1 : J’ai appris à parler le tamoul… bon juste à la façon des francophones. Ex 1 : je vais à la mer (français) = Moi-même je vais à la mer non ? » (tamoul). Ex 2 : Nous achetons du pain = « Nous-mêmes nous achetons du pain non ? ». Simple non ?!

2 : La cuisine évidemment : le riz au tamarin, au citron, à la tomate, au yaourt, les appalam (genre chips), toutes les sauces épicées… « dis m’man, je pourra manger avec les mains à ta maison ?! »

3 : Découverte d’une autre culture, un autre mode de vie, de pensées et des croyances parfois bizarres à nos yeux. Les filles par exemple brûlent leurs serviettes car si un animal suce leur sang, elles n’auront pas d’enfants ! Ou bien, si on mange de la papaye, on a immédiatement nos règles… Et puis bien sûr toutes les croyances hindoues et autres, l’’inde étant le pays de toutes les spiritualités…

Voilà, cela sera mon dernier message de l'aventure 2011-2012. Cette année aura été pour moi extraordinaire : découverte de nouveaux pays, de nouvelles cultures et traditions et puis avant tout, de merveilleuses rencontres dans chacun des pays visités. La Thaïlande d'abord. Pays qui m'attirait le moins et finalement, j'y suis restée un mois, enchantée par la beauté des paysages et l'infinie gentillesse des habitants. Découverte aussi des tribus Akkas, Lisus et Mongs. Le Laos ensuite, le plus authentique. Beauté à l'état pur, splendeur de la nature, adorable peuple... un pays, sans nul doute, à visiter! Le Cambodge ensuite où je rêvais d'aller. Attachement particulier à ce pays, je ne saurai pour dire pourquoi... je n'ai pas été déçue... ça tombe bien, il paraît que j'y retourne!

L'inde, destination qui résonne aussi depuis longtemps en moi. Les premiers jours ont été difficiles à New-Delhi où j'ai grelotté plusieurs jours. Et puis, petit à petit, je m'y suis sentie bien.  Bénares et Calcutta, enfin, Venarasi et kolkata sont les deux villes du Nord que j'ai préférées. Mais, je me souviens aussi de la beauté et de la dignité des femmes et des hommes du Rajasthan et les saris de mille et une couleurs. Je n’oublie pas non plus le Taj Mahal et le Baby Taj tout en finesse.

Puis, le temps fut venu pour moi de mettre le cap sur Pondichery pour 4 mois et demie à l’orphelinat Annaï Velanganni. Les débuts n'ont pas toujours été simples avec les grandes. Mais peu à peu, les choses ont changé. Devi, la jeune directrice, venait prendre le café avec moi, me racontant son enfance, la vie en Inde... Bref, des moments de partage précieux...! Fin avril, il y a eu la semaine de vacances avec Vincent et Anne à Mahabalipuram. O doux apéros sur la plage !!... Puis direction la montagne, 4 semaines qui ont permis de renforcer les liens avec petits et grands. Bol d’air en dehors de Pondichery qui est une petite ville, certes agréable à vivre, mais sans grands attraits. L'ambiance est particulière ici. On sent des jalousies au sein même de la population. C'est vrai qu'au moment du rattachement de Pondichery à l'Inde

 

, les français ont proposé aux pondicheriens de prendre la nationalité française. Par peur de voir tout le monde quitter Pondi, le gouvernement a tue cette info. 80% ont alors perdu leur nationalité française. Du coup, aujourd’hui, ceux qui l’ont, les franco - pondicheriens, suscitent pas mal de convoitise... Pour finir là-dessus, les jeunes franco pondichériens sont parfois l’objet de transactions douteuses entre familles pour marier leurs enfants et ainsi obtenir pour les uns la nationalité française… Bref, pas mal d’histoires, parfois sordides, d’après ce que j’ai compris ! Et puis, il y a le quartier blanc, toujours désert, où vivent beaucoup de français et où il y a aussi, et ça c'est très agréable, des cafés et des restaurants où l'on peut être en terrasse et boire une bonne bière fraîche ou un mojito!

Bien entendu, au-delà de tout cela, une partie de mon coeur continuera de battre ici pour les petits de l'orphelinat et de Mère Teresa. Comment oublier tous ces visages, ces sourires et cette extraordinaire sœur Jonathan !

Mes derniers mots seront pour chacun d’entre vous, compagnon de la première heure ou plus tard. Je voudrais vous remercier pour tous vos commentaires, vos mails, les conversations via skype... qui m’ont aidé surtout au début de ce périple, en Thaïlande, où j’étais souvent très seule ! Un immense MERCI à vous. Je repars le 30 août au Cambodge et commence à travailler le 3 septembre. J’espère bien pouvoir organiser la fameuse soirée blogueurs avant mon départ. Je vous tiens au courant et vous embrasse très très fort !

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Dgé